En bref

Territoire

La Petite-Patrie est un quartier de Montréal, situé dans l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie. Son nom vient du titre du roman de Claude Jasmin « La Petite-Patrie », paru en 1972. Le quartier est délimité à l’est par la rue d’Iberville, au sud et à l’ouest par le chemin du Canadien Pacifique, au nord-ouest par la rue Jean-Talon, jusqu’à Chambord, et ensuite, au nord-est, par la rue Bélanger. Il comprend la population ayant les codes postaux H2G et H2S.

Population

Lors du recensement de 2011, La Petite-Patrie comptait 47 040 personnes résidentes, soit une très légère baisse de moins de 1% par rapport au recensement de 2006. Plus de 27 % sont âgés entre 25 et 34 ans, un nombre relativement élevé par rapport au reste de la ville (16%). L’autre particularité est la proportion de personnes vivant seules qui s’approche de 30 % (48 % en 2006) tout particulièrement dans le secteur de Bellechasse.

Revenu

Plus de 26% de la population vit avec un faible revenu (34% en 2006) dans la Petite-Patrie ce qui est proche de la moyenne montréalaise de près de 25 %. Le revenu moyen avant impôt des ménages de La Petite-Patrie est de 66 205 $, ce qui est plus élevé que la moyenne montréalaise (49 985 $) soit une augmentation de 12 % par rapport au revenu moyen en 2006. Le revenu moyen d’un particulier après impôt est de 27 835 $.

Activité et emploi

Le taux de chômage dans La Petite-Patrie est de 8,2 % (8,4 % en 2006), en-dessous du taux de Montréal à 9,7 %. On compte 30 205 personnes en activité dans La Petite-Patrie, soit 73.9 % de la population, soit un taux de 10 points supérieur au taux de l’Île de Montréal.

Mobilité, logement

La population de La Petite-Patrie est toujours aussi mobile puisque près de 54 % (51 % en 2006) des habitants ont déménagé dans les 5 dernières années. La moyenne montréalaise est de 44% (43% en 2006). Le loyer brut moyen est de 703 $ et a augmenté de 15,6 % depuis 2006.

Immigration

En 2011, on dénombrait 9290 personnes immigrantes (20 % de la population totale), une présence moins forte que sur l’Île de Montréal (33 %, 31 % en 2006). Les personnes immigrantes proviennent principalement d’Europe (5.9 %). Depuis 2006, ce sont les ressortissants du Maghreb (Maroc, Algérie et Tunisie) et de la France qui comptent pour la moitié de tous les nouveaux immigrants.

Élu.e.s municipaux, arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie
François William Croteau, Maire, Projet Montréal
François Limoges, conseiller de Ville, district Saint-Édouard, Projet Montréal
Stéphanie Watt, conseillère de Ville, district Étienne-Desmarteau, Projet Montréal
5650, rue D’Iberville / 311

Député provincial, circonscription de Gouin
Gabriel Nadeau-Dubois
1453, Beaubien Est, bureau 201 / 514 864-6133

Député fédéral, circonscription Rosemont-La Petite-Patrie
Alexandre Boulerice, Nouveau Parti démocratique (NPD)
1453, Beaubien Est, bureau 208 / 514-729-5342

Plaza Saint-Hubert

La Plaza St-Hubert est une artère commerciale majeure de la ville de Montréal qui représente 400 entreprises de détail et de service entre les rues Bellechasse et Jean-Talon. Par son action, elle accroît le dynamisme commercial du secteur, renforce le rôle central de la rue sur les plans du développement culturel, durable et social, tout en répondant aux besoins des citoyens des quartiers environnants.

Marché Jean-Talon

Le Marché Jean-Talon est un des plus vieux marchés publics de Montréal et l’un des plus gros marchés d’Amérique du Nord, ouvert été comme hiver. Il se distingue par son important rassemblement de producteurs locaux de fruits et légumes, et par l’offre diversifiée des nombreux boutiquiers. En savoir plus sur les Marchés Publics de Montréal.

Au niveau de la mobilisation, le regroupement citoyen les Ami.e.s du Marché Jean-Talon vise à ce que le Marché soit géré comme un service public, en fonction de l’intérêt public et des besoins des populations qui l’entourent.

Société de développement commercial de La Petite-Italie

La Société de développement commercial (SDC) de la Petite Italie et du Marché Jean-Talon est un organisme à but non lucratif créé en novembre 2009, qui a pour mission de veiller aux intérêts de ses 236 membres en assurant le développement économique de son secteur d’activité, par la mise en valeur et la promotion du quartier de la Petite-Italie. Pour en savoir plus, consultez leur site Internet.

L’Esplanade

L’Esplanade est le premier accélérateur et espace collaboratif dédié à l’entrepreneuriat et à l’innovation sociale au Québec. L’Esplanade est un organisme à but non lucratif qui offre des programmes d’accompagnement, un espace collaboratif, des outils et des réseaux formant un écosystème pour aider les membres de sa communauté à développer leurs projets, leur organisation et ultimement, accroître leur impact. Pour en savoir plus.

En savoir plus

Petite histoire
Documentation